Pour des soins de qualité

avec un service personnalisé

Les cristaux et calculs urinaire chez le chien

 

 

Les cristaux (ou ’’sable’’) et les calculs urinaires (ou ‘’pierre’’) sont fréquemment vus chez l’espèce canine. Différents types de cristaux existent ; les struvites et les oxalates de calcium étant les plus fréquemment observés chez les canins. Les calculs, quant à eux, se développent secondairement à la présence de cristaux dans l’urine. Développer un calcul vésical prend plusieurs semaines à plusieurs mois.

 

 

FACTEURS DE RISQUE

 

De multiples facteurs peuvent prédisposer aux cristaux et / ou calculs urinaires :

  • Les cristaux de struvites sont souvent une conséquence d’une infection urinaire sous-jacente chez l’espèce canine.
  • L’alimentation est l’un des principaux facteurs prédisposant. En effet, la teneur en minéraux d’une diète influencera le pH de l’urine. Un pH urinaire anormal favorise la formation de cristaux et par conséquent, de calculs urinaires.
  • Une faible fréquence des mictions résultant en une urine concentrée et saturée est aussi un facteur important.
  • L’obésité prédispose aussi aux problèmes urinaires.
  • Certaines conditions médicales ou l’administration de certains médicaments augmentent le taux de calcium dans le sang et ainsi, prédisposent aux cristaux et calculs d’oxalates de calcium.
  • Certaines races sont prédisposées à la formation de cristaux urinaires. Parmi ces races, nous pouvons citer les suivantes : Schnauzer miniature, Lhasa apso, Yorkshire terrier, Bichon frisé, Poméranien, Shih tzu, Caniche miniature, Épagneul, Dalmatien, Bulldog américain et Dachshund.  

 

 

SIGNES CLINIQUES

 

Les signes cliniques associés aux cristaux et / ou calculs urinaires sont les suivants : pollakiurie (mictions plus fréquentes), hématurie (sang dans l’urine), dysurie (urine en plus petite quantité) et strangurie (douleur à la miction). Ceci peut se manifester par des mictions à des endroits inappropriés dans la maison, du léchage excessif au niveau des parties génitales, etc.

 

Bien que les blocages urinaires (incapacité à uriner) soient fréquents chez les chats, ils sont beaucoup moins communs chez les chiens. En effet, l’urètre des chiens est plus large et donc, moins propice à être bloquée par des cristaux ou des calculs urinaires. Le blocage peut être partiel (l’animal fait du goutte à goutte) ou complet (l’animal n’urine plus du tout). Ceci survient plus souvent chez les chiens de petites races mâles (l’urètre des femelles est plus gros). Les signes cliniques d’un chien ‘’bloqué’’ seront différents : la dysurie, strangurie et hématurie peuvent être présents mais nous pouvons aussi observer une douleur abdominale, de la léthargie ou faiblesse, des vomissements, de l’anorexie, un pénis extériorisé, etc. Les animaux décèdent de cette condition en 24-48h. Le décès est secondaire à un arrêt cardiaque causé par une augmentation du potassium dans le sang qui est normalement excrété dans l’urine.

 

 

DIAGNOSTIC

 

D’autres conditions peuvent causer le même genre de signes cliniques et doivent être différenciées des cristaux / calculs urinaires. Citons notamment l’infection urinaire, les tumeurs vésicales et les maladies prostatiques.

 

L’analyse d’urine permet de détecter la présence d’une infection ou de cristaux urinaires. La radiographie quant à elle, permet d’évaluer la présence de calculs dans le système urinaire (reins, uretères, vessie et urètre). L’échographie permet d’évaluer la paroi de la vessie anormale en cas de tumeur, la présence de calculs vésicaux (certains calculs ne sont pas visibles sur radiographie) ainsi que l’anatomie de la prostate chez les mâles. L’urine pour analyse peut d’ailleurs être prélevée directement dans la vessie à l’aide de l’appareil à échographie, ce qui évite que les bactéries du vagin, du pénis ou encore de la prostate faussent les résultats. Les calculs urinaires retirés en chirurgie devraient être analysés afin de mettre en évidence les types de cristaux impliqués dans la formation du calcul. Souvent, les calculs peuvent être formés de plusieurs types de cristaux et de bactéries, d’où l’importance de l’analyse.

 

 

TRAITEMENT

 

Dans le cas de struvites, étant donné qu’ils sont souvent secondaires à une infection urinaire sous-jacente, le traitement de l’infection avec des antibiotiques éliminent habituellement ce type de cristaux. En effet, une fois l’infection résolue, le pH urinaire redeviendra normal et les struvites seront dissous. Malheureusement, bien que les struvites se dissolvent facilement en rétablissant un pH urinaire normal, il n’en ait pas de même pour les autres types de cristaux. Dans la situation où d’autres cristaux sont à l’origine d’un problème urinaire (ex : oxalates de calcium), une diète urinaire ayant pour but de rétablir le pH normal de l’urine évitera la progression de la condition mais les cristaux déjà présents devront être évacués par miction ou cathétérisation. Quant aux calculs urinaires, peu importe le type, leur retrait en chirurgie (cystotomie) est la recommandation première. Dans tous ces cas de problèmes urinaires, la diète urinaire (idéalement en canne car elle s’avère plus riche en eau) ainsi qu’une augmentation de la fréquence des mictions (en stimulant votre chien à boire) sont bénéfiques pour assurer une guérison plus rapide.

 

Voici quelques trucs pour augmenter la consommation d’eau de votre chien :

* Changer l’eau des bols plusieurs fois par jour

* Utiliser une fontaine

* Mettre de multiples bols dans différentes pièces de la maison

* Utiliser des bols en céramique car la fraicheur est mieux conservée

* Utiliser de plus grands bols

* Mettre des glaçons dans l’eau

 

 

PRÉVENTION

 

Malgré ces mesures de prévention, certains chiens continueront d’avoir des épisodes de problèmes urinaires. Si tel est le cas, des analyses d’urine régulières (aux 3 à 6 mois) sont recommandées afin de dépister de manière précoce ces problèmes.

  • Tout dépendant du type de cristaux ou de calculs urinaires, une diète urinaire peut être recommandée à long terme et ne devrait pas être cessée sans l’accord d’un vétérinaire
  • Les gâteries et nourriture de table devraient être évitées car plusieurs aliments sont néfastes pour la santé urinaire. Vous trouverez ci-joint une liste d’aliments à éviter.
  • Stimuler la consommation d’eau et/ou donner une diète humide permet d’augmenter la fréquence des mictions et ainsi, diminuer le risque de récidives.
  • Sortir votre chien fréquemment lui permet aussi d’uriner plus souvent.
  • Les chiens avec un surplus de poids doivent être mis sur un programme de perte de poids.

 

 

ALIMENTS À ÉVITER

 

 

VIANDE : Bologne, Hareng, Huitre, Sardine, Saumon

LÉGUMES : Asperge, Aubergine, Brocoli, Carotte, Céleri, Chou, Concombre, Courgette, Épinard, Fève verte,  Laitue, Maïs, Patates douces, Pois mange tout, Poivron vert, Tomates

PRODUITS LAITIERS : Crème glacée, Fromage, Lait, Yogourt

PAINS, GRAINS et NOIX : Arachide, Fève de soya, Gâteau aux fruits, Germe de blé, Gruau, Noix du Brésil, Pacane, Pain de maïs

FRUITS : Abricot, Ananas, Baies (la majorité), Cerise, Orange, Pêche, Pelure de lime ou citron ou orange, Poire, Pomme, Tangerine

DIVERS : Bière, Cacao, Café, Chocolat, Chocolat chaud, Fèves au lard, Soupe aux tomates, Soupe de légumes, Thé, Tofu


 

 

Accueil | Services | Équipe | Activités | Information | Contact
© 2018 Clinique Vétérinaire Mont-Tremblant. Tous droits réservés.
Design par JM Infographe
Création de sites web Polycoda